EASTN-DC Concept


European Art-Science-Technology Network for Digital Creativity


EASTN-DC CONCEPT

EASTN-DC

 

English version

Origin

The European Art - Science - Technology Network (AST) emerged from several European institutions involved in research, technology development, creation and education in the field of technologies applied to artistic creation. This network is coordinated by ACROE and supported by the Culture Program of the European Union. Since its launch in January 2014, this network has allowed the reception in residence of 40 European artists or collectives, and the creation of many unique pieces.

Concept and objectives

The European Digital Science and Technology Network for Digital Creativity (EASTN-DC) is a follow-up to EASTN and is a forerunner of the next digital revolution.
After the first phase, known as the "calculating machine", with the intensive development of computing power and its democratization, after the second phase, known as the "communicating machine", with the development of the Internet and large-scale uses, the third phase is in gestation and will be just as revolutionary as the two previous ones.
In this phase, "machines will address all the sensory and active means of humans", a phase forecast by interactive and multimodal technologies. This phase, in turn, will allow for sensitive creation and communication.
The EASTN-DC project puts forward the idea that it will be possible for the citizen not only to follow this evolution but to anticipate, guide and concentrate it. The main objective is the active acculturation of society, reaching out to a wider public. The second objective, closely linked to the first, is to build capacity - training and education.

Methodology

The EASTN-DC project aims to stimulate and support the new and profound emerging paradigm shifts. In order to do so, the project proposes to experiment a new methodology in the field of art and culture that closely and agilely links five essential yet separate poles of the transformations inherent to the digital revolution : Research | Creation | Pedagogy | Sharing | Economy.
To counterweight the great disciplinary forces, they must be cross-fertilized, in the very act of creating, whether it be technological creation or artistic creation, or pedagogical creation, or innovations in dissemination or industrial transfer. Transversality is put forward as an object of experimentation, even as a cultural object.

EASTN-DC-Concept-EN

Graphic : Research | Creation | Pedagogy | Sharing | Economy, which will cooperate in the EASTN-DC project.

Domain and actors

EASTN-DC's field of intervention is confined to the digital arts in which the temporal dimension is sought, in musical arts, inteactive visual arts or all performing or interactive arts of any nature.
Experimenting an agile loop between Research | Creation | Pedagogy | Sharing | Economy involves associating the players in each of these divisions closely and innovatively: researchers and engineers, artists, teachers and educators, cultural broadcasters and the digital industries. The relationship between each of these players is of course cross-examining.

Three "hot questions" :

  • The question of rematerialization or "re-tangibility":
    Digital has pushed the dematerialization of the processes of creation to the extreme. Today, more and more experiments try to counter this dematerialization by emphasizing processes of re-materialization, or re-tangibility, in order to restore the body its full place in the act of creation.
  • The question of creation and/or distribution formats :
    The formats of work and its presentation to the public pose challenges to the structures, which are not flexible enough to accommodate variable sound spatialization devices, interactive installations, often multi-sensory works, and in relation to an individual or collective work, for a fixed or mobile audience. Constraints generate very partial and often very expensive fallback solutions, and towards the digital whole, thus excluding at the outset certain bodily and/or collective practices.
  • The question of the relationship to technology :
    Technology, Technophilia, Technophobia ? The current electrical and information technologies are causing highly contradictory postures of technophilia, or of technophobia. These controversies are particularly vivid in the field of artistic creation. Can technology be a positive factor for creativity, either individual and/or collective ? How ? Why ?


Version française

EASTN-DC : le concept


Origine

Le réseau européen Art–Science–Technologie (AST) est né sous l’impulsion de plusieurs institutions européennes impliquées dans la recherche, le développement de technologies, la création, et l’éducation dans le domaine des technologies appliquées à la création artistique.
Ce réseau est coordonné par l'ACROE et soutenu par le programme Culture de l’Union Européenne.
Depuis son lancement en janvier 2014, ce réseau a permis l’accueil en résidence de 40 artistes ou collectifs européens et la création d’autant de pièces inédites.

Concept et objectifs

Le projet EASTN-DC s’inscrit dans le prolongement de EASTN, dans la perspective de la prochaine révolution numérique.
Après la première phase, dite de la « machine calculante », avec le développement intensif de la puissance des ordinateurs puis de leur démocratisation, après la seconde phase, dite de la « machine communicante », avec le développement de l’Internet et des usages de grande ampleur qui en ont découlé, la troisième phase est en gestation et sera tout autant révolutionnaire que les deux précédentes. Ce sera la phase de la « machine s’adressant à tous les moyens sensoriels et actifs des humains », dont on voit déjà les prémices dans les technologies de l’interaction et de la multimodalité. Cette phase, à son tour, permettra de créer et de communiquer de manière sensible.
Le projet EASTN-DC formule l’idée qu’il sera possible pour le citoyen non pas uniquement de suivre cette évolution, mais de l’anticiper, de la guider et de l’orienter.
L’objectif principal est l’acculturation active de la société, donc le développement des publics. Le deuxième objectif, intimement lié au premier, est de renforcer les capacités - formation et éducation

Méthodologie

Le projet EASTN-DC se propose de stimuler et d’accompagner les nouveaux et profonds déplacements de paradigme que l’on voit poindre. Et pour cela, il se propose d’expérimenter dans le domaine artistique et culturel une nouvelle méthodologie qui associe étroitement et de manière agile cinq pôles essentiels, mais jusqu’à présent séparés, des transformations inhérentes à la révolution numérique : Recherche | Création | Pédagogie | Diffusion | Valorisation.
En contrepoids des grandes forces disciplinaires, il s’agit d’opérer une fertilisation croisée significative entre elles, dans l’acte même de créer, qu’il s’agisse de la création technologique ou la création artistique, ou de la création pédagogique, ou des innovations en matière de diffusion ou de transfert industriel. C’est la transversalité qui est alors mise en avant comme objet d’expérimentation, voire même comme objet culturel.

EASTN-DC-Concept-FR
Graphique : Les pôles Recherche – Création – Pédagogie – Diffusion – Valorisation qui coopéreront dans le projet EASTN-DC

Domaine et acteurs

Le domaine d’intervention de EASTN-DC est circonscrit aux arts numériques dans lequel la dimension temporelle est sollicitée, qu’il s’agisse des arts musicaux, des arts visuels interactifs ou de tous les arts performatifs ou interactifs de quelque nature qu’ils soient.
L’expérimentation d’une boucle agile entre Recherche | Création | Pédagogie | Diffusion | Valorisation suppose d’associer étroitement et de manière nouvelle des acteurs de chacun de ces pôles : chercheurs et ingénieurs, artistes, enseignants et pédagogues, diffuseurs culturel, industries du numérique. Les rapports entre chacun de ces acteurs sont bien sûr à interroger.

Trois questionnements centraux :

  • la question de la rematérialisation ou « re-tangibilisation » : Le numérique a poussé jusqu’à l’extrême la dématérialisation des procédés de création. Aujourd’hui, de plus en plus d’expériences tentent de contrer cette dématérialisation par une mise en avant de processus de re-matérialisation ou de re-tangibilisation, afin de redonner au corps toute sa place dans l’acte de création.
  • la question des formats de création et/ou de diffusion : Les formats des œuvres et de leur présentation au public posent des défis aux structures, peu flexibles pour accueillir des dispositifs variables de spatialisation sonore, des installations interactives, des œuvres souvent multisensorielles et dans un rapport à l’œuvre individualisé ou collectif, pour un public fixé ou mobile. Les contraintes génèrent des solutions de repli, très partielles et souvent très coûteuses, et vers le tout numérique excluant alors d’emblée certaines pratiques corporelles et/ou collectives.
  • La question du rapport à la technologie. Technologie, Technophilie, Technophobie ? Les technologies actuelles de l’électricité et de l’information suscitent des postures fortement contradictoires de technophilie, ou de technophobie. Ces controverses sont particulièrement vives dans le champ de la création artistique. La technologie peut-elle être un facteur positif de créativité, individuelle et/ou collective ? Comment ? Pourquoi ?